Uncategorized

L’EPR est mort, vive l’EPR !

Pose du dôme du réacteur EPR Taishan 1 en octobre 2011

Pose du dôme du réacteur EPR Taishan 1 en octobre 2011 (connaissance des énergies)

Devenu le sujet des toutes les critiques, l’EPR est un véritable boulet pour Areva : trop cher, trop compliqué. Le réacteur nucléaire de troisième génération a contribué à conduire Areva au bord du précipice. Alors, faut-il abandonner ce projet ou est-il encore temps de réviser la copie ?

Une mauvaise gestion du projet

L’EPR, c’est avant tout le résultat d’une gestion hasardeuse d’Areva. A la tête de l’entreprise pendant plus de dix ans, Anne Lauvergeon a tout fait pour s’affranchir de la tutelle d’EDF. Ses relations avec Henri Proglio, l’ancien PDG d’EDF, étaient ainsi notoirement mauvaises. Malheureusement les logiques commerciales et industrielles ont été sacrifiées au cours de cette guerre des égos.

Dès l’origine, l’EPR a suscité des interrogations. Présenté comme le réacteur le plus sûr jamais conçu, il se caractérise par son extrême complexité. C’est aussi le réacteur le plus puissant jamais créé : 1650 MW. Pour donner un ordre d’idée, c’est la production totale d’électricité de l’Angola en 2011 ! La liste des pays capables d’accueillir un EPR est donc limitée, alors que des réacteurs d’une puissance moindre et plus simples peuvent équiper des pays qui ne disposent pas encore de centrales nucléaires. C’est par exemple la stratégie de la Russie qui a signé un contrat avec le Bangladesh (même si des réserves sur le sérieux du projet peuvent aussi être soulevées…). L’objectif de vendre une dizaine d’EPR entre 2005 et 2016 partait donc sur des bases très optimistes, surtout après l’échec du méga-contrat avec les Emirats Arabes Unis (remporté en 2009 par Kepco, groupe coréen).

Areva a également péché par orgueil, en voulant mener seule la construction d’un EPR en Finlande. L’entreprise n’avait en effet aucune expérience en tant qu’ensemblier. En clair, Areva n’est spécialisée que dans la fabrication du réacteur lui-même, pas dans la construction du reste de la centrale (BTP, raccordement au réseau, etc), tâche traditionnellement dévolue à EDF. Le dérapage du projet combiné à des clauses juridiques particulièrement défavorables ont ainsi conduit à un imbroglio juridique avec l’électricien finlandais TVO. Et ce risque juridique et financier (demande d’indemnités) n’est toujours pas levé.

Un EPR nouveau modèle

La situation de crise que connaît Areva depuis l’annonce de pertes abyssales fin 2014 a conduit le gouvernement à acter au cours de l’été une cession de l’activité « réacteur » (Areva NP) à EDF. De sorte, Areva se concentrera à l’avenir sur le cycle du combustible (extraction, raffinage, traitement des déchets). C’est donc in fine EDF qui hérite de l’épineuse question de l’EPR.

L’expérience d’EDF avec l’EPR est mitigée : accumulation de retards et de malfaçons à Flamanville, mais « seulement » un an de retard en Chine (Taishan 1 et 2). De même, l’énergéticien français a obtenu le contrat pour la construction de deux EPR à Hinkley Point, au Royaume Uni. En l’état, le bilan est maigre : les clients, déjà rares il y a dix ans, ne se pressent pas pour se faire connaître.

C’est dans ce contexte que Jean-Bernard Lévy a annoncé, lors d’une interview aux Echos le 22 septembre, que ses services planchaient sur un « EPR nouveau modèle ». En réalité, ce chantier est engagé depuis au moins un an et demi. Henri Proglio (l’ancien PDG d’EDF) avait déjà fait part de ses critiques à l’égard de l’EPR et plaidé depuis plusieurs années pour un « nouveau modèle », moins puissant, plus simple et donc plus facile à exporter.

Luc Oursel, le successeur d’Anne Lauvergeon, avait lui aussi commencé à changer la stratégie d’Areva. En 2007, lorsqu’il est à la tête d’Areva NP, il tisse un partenariat avec Mitsubishi Heavy Industry (MHI) pour développer l’ATMEA 1, souvent présenté comme un « EPR de poche » (1 100 MW). Choix qui semble payant, puisque l’ATMEA 1 a été sélectionné par la Turquie en 2013. De leurs côtés, les concurrents, à commencer par Westinghouse, ont privilégié des réacteurs de moyenne puissance (entre 1 000 et 1 400 MW), et les ont commercialisés avec plus de succès (notamment en Chine).

La nouvelle offre française en matière de nucléaire commence donc à se dessiner : un « EPR NM » moins puissant (sans doute dans les 1 400 MW), avec en complément l’ATMEA 1 qui s’intégrera mieux dans les pays où le réseau électrique est plus modeste. Reste désormais à savoir si l’intégration de la division réacteur d’Areva au sein d’EDF se passera dans de bonnes conditions et si l’alliance avec MHI sera maintenue.

À propos de enjeuxelectriques

Actualités et débats sur les enjeux de l'électricité

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :