Uncategorized

Pas de transition énergétique, sans réseaux intelligents

Maison équipée de panneaux photovoltaïques et d'un compteur communicantPendant longtemps, on a réduit la transition énergétique au développement des énergies renouvelables. Pourtant, seules, elles ne sont pas suffisantes pour évoluer vers un système moins polluant et plus sobre. En complément, il faut pouvoir mieux piloter la production et la consommation pour éviter les gaspillages. Les réseaux électriques intelligents vont y contribuer.

Les énergies renouvelables, un challenge

Le développement rapide des éoliennes et des panneaux solaires rend de plus en plus ardu le bon équilibre entre production et consommation. Pour l’instant, il faut calculer à l’avance et au plus juste le besoin en électricité et les capacités de production des renouvelables en fonction de la météo. En outre, ce calcul est de plus en plus complexe du fait de la décentralisation du système énergétique, à l’image des panneaux solaires disséminés sur les toits des habitations.

En fait, les gestionnaires de réseaux sont encore presque aveugles. Ils connaissent la production des grosses centrales et la fréquence (50 hertz) de fonctionnement du réseau (indicateur de l’équilibre offre/demande), et c’est à peu près tout. C’est pour cette raison que l’éclipse solaire du 20 mars était attendue avec nervosité par RTE et les autres opérateurs européens, car c’était une situation inédite. Elle a finalement été gérée sans accrocs, en raison de la faible production photovoltaïque à ce moment-là (merci les nuages).

Les compteurs communicants, une solution

Pour répondre à ces défis, l’installation de compteurs électriques bidirectionnels va permettre, dès la fin 2015, d’avoir plus d’informations et à un niveau plus fin. Les Linky, les compteurs communicants, sont en effet capables d’évaluer à la fois l’électricité consommée par une habitation et celle qu’elle produit (grâce à des panneaux photovoltaïques) et injecte sur le réseau.

Cette capacité de mesure et de transmission des données des nouveaux compteurs est à la base des réseaux intelligents. Ceux-ci vont grandement faciliter le travail des gestionnaires, mais le but est aussi d’améliorer l’efficacité et la sécurité énergétique. C’est pourquoi des expériences de réseaux intelligents sont lancées dans les « péninsules électriques » : la Bretagne et la région PACA. Les pics de consommation électrique y frôlent régulièrement les limites, au-delà desquelles c’est la coupure.

Lancée en février à Lorient, l’expérimentation Solenn est totalement axée sur la question de comment les particuliers peuvent mieux et moins consommer d’électricité, à partir des données des Linky. Avec le concours de l’UFC-Que Choisir, les habitants de la ville vont tester différentes manières d’utiliser les données des compteurs pour réduire leur consommation d’énergie et, de fait, leur facture. A terme, la meilleure solution devrait être étendue au reste de la France.

A brève échéance, les réseaux doivent mieux communiquer pour suivre au plus près production et consommation d’énergies renouvelables. A plus long terme, il faudra aussi piloter le stockage de l’électricité verte, mission qui nécessitera une gestion encore plus fine du réseau.

À propos de enjeuxelectriques

Actualités et débats sur les enjeux de l'électricité

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :