Uncategorized

Areva, dossier explosif pour la filière nucléaire

Effondrement d'une colonne de refroidissement de centrale nucléaireUne vaste opération-vérité est en cours chez Areva. Après avoir caché la poussière sous le tapis pendant des années, notamment le bilan d’Anne Lauvergeon, le spécialiste du nucléaire français est contraint de faire la lumière sur l’état de ses finances. La situation apparaît tellement grave que certains observateurs n’hésitent plus à affirmer qu’Areva « serait en faillite si elle n’était pas publique ».

La désintégration de « l’équipe de France du nucléaire »

L’histoire commençait pourtant sous les meilleurs auspices au début des années 2000. Une jeune dirigeante dynamique, Anne Lauvergeon, avait mené à bien la création d’Areva, géant mondial capable de gérer de la mine aux déchets ultimes le cycle de vie de l’uranium. Mais, les choses se sont vite assombries : développement du réacteur nucléaire EPR jugé trop compliqué et trop cher pour les pays émergents, investissements à fonds perdu dans les énergies renouvelables, scandale Uramin

Surtout, Areva a voulu faire cavalier seul. L’hostilité entre Anne Lauvergeon et Henri Proglio a conduit à la désintégration de « l’équipe de France du nucléaire ». Ainsi, le naufrage de l’EPR finlandais est lié à l’inexpérience d’Areva dans tous les aspects de la construction qui étaient traditionnellement dévolus à EDF, son partenaire à l’export. Désormais, la mise en service de l’EPR de Olkiluoto est prévue pour 2018, soit neuf ans de retard et près de 4 milliards d’euros de perte ! En parallèle, les EPR de Taishan (Chine), dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par EDF seront les premiers livrés alors qu’ils ont été les derniers lancés.

Le fossé entre EDF et Areva a gravement impacté toute la filière française de l’atome. L’EPR de Flamanville accuse lui aussi de lourds retards. A l’international, aucun contrat pour des réacteurs nucléaires n’a été remporté par Areva depuis 2007, et l’objectif de vendre dix réacteurs d’ici 2016 est devenu complètement illusoire.

Les quelques contrats pour la fourniture de combustibles nucléaires et le retraitement de déchets ne suffisent pas à sauver Areva du gouffre financier. A eux seuls, les débâcles de l’EPR finlandais et d’Uramin ont réduit à néant tous les efforts (vente d’actifs, baisse des investissements) pour améliorer les comptes de l’entreprise. Areva n’arrive d’ailleurs plus à se recapitaliser toute seule. Une émission de bons obligataires a ainsi été reportée sine die, au moment où les agences de notation ont estimé « négatives » les perspectives de l’entreprise. Bref, il n’y a plus d’argent dans les caisses.

Quel avenir pour Areva ?

Dans ce contexte, l’Etat, principal actionnaire (directement et via le CEA), semble décidé à reprendre la main. Il a en effet une opportunité unique de mettre un terme définitif aux guerres picrocholines entre EDF et Areva, avec le renouvellement simultané des états-majors des deux entreprises. Le gouvernement a ainsi donné un signal clair de ses intentions, en nommant Philippe Varin président du conseil d’administration d’Areva et membre de celui d’EDF.

C’est un choix à double tranchant qui induit de facto une stratégie commune pour les deux entreprises… et peut aussi être interprété comme un conflit d’intérêts. Car pour injecter des fonds dans Areva, l’Etat pourrait être tenté de vendre des actions d’autres sociétés, à commencer par EDF. Il ne faudrait cependant pas déshabiller Pierre pour habiller Paul, en se privant des dividendes d’EDF pour investir dans Areva.

Après des années de bisbilles, le rapprochement des stratégies des deux groupes pourrait permettre recréer une équipe France du nucléaire capable d’aller gagner des contrats à l’étranger. Reste à voir comment l’Etat, premier actionnaire, va concrètement piloter la filière nucléaire.

À propos de enjeuxelectriques

Actualités et débats sur les enjeux de l'électricité

Discussion

Une réflexion sur “Areva, dossier explosif pour la filière nucléaire

  1. OK, la situation est préoccupante et a été niée trop longtemps, ce n’est pas la peine de noircir le tableau au delà des faits. Depuis 2007, Areva a pu placer ses réacteurs à la fois en Turquie et en Angleterre, le modèle qui ne marche pas est celui de la vente tout seul, sans la participation d’un opérateur électrique, pas forcément le réacteur en soit (le modèle Turc est intéressant, 1,6 GW c’est trop pour beaucoup de pays, cibler des réacteurs de 1GW pourrait aider Areva à vendre plus).
    Par ailleurs EDF ne s’est pas mieux débrouillé à Flamanville qu’Areva à Olkiluoto, le cavalier seul est loin d’expliquer majoritairement le problème, même s’il a joué bien sûr.

    Publié par jmdesp | 21 novembre 2014, 8:34

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :