Uncategorized

De quoi les électrosensibles sont-ils les victimes ?

L’hypersensibilité aux champs électromagnétiques fait l’objet, pour la première fois en France, d’une prise en charge médicale. Des « centres investigateurs » vont être ouverts dans l’ensemble des régions. Première réaction immédiate à cette nouvelle de Next-Up Organisation Bioinitiative (association contre les champs électromagnétiques de toute nature et de toute sorte) : il s’agit d’une « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique » (source : AFP).


Pourquoi une réaction si violente face au lancement d’une étude organisée, de manière transparente, par le corps médical et les agences sanitaires officielles ?

L’étude lancée est issue d’une table ronde où tous les acteurs qui le souhaitaient ont été consultés (associations, victimes, entreprises, médecins etc.). Elle vise à étudier la « sensibilité des patients vis-à-vis de leur exposition aux champs électromagnétiques ainsi que leur état de santé et leur qualité de vie ».

Cela semble tout à fait légitime pour un mal dont la diversité des symptômes et les cas ont de quoi laisser la quasi-totalité des médecins perplexes, du moins jusqu’à aujourd’hui.


L’électrosensibilité, un mal imprécis pour les médecins et les victimes

Pour le Professeur Choudat (de l’AP-HP), qui dirige l’étude, la nature et gravité des symptômes présentés sont très variables : maux de tête, vertiges, douleurs abdominale, troubles du sommeil, de la concentration. De plus, il n’est pas possible d’établir des liens entre ces symptômes et/ou des organes particuliers, comme le Professeur l’a expliqué à l’occasion d’une interview sur RTL, le 15 février 2012.

https://enjeuxelectriques.files.wordpress.com/2012/02/7743805310_le-pr-dominique-choudat-chef-de-service-des-pathologies-professionneles-de-l-hopital-cochin-etait-l-invite-de-rtl-midi-mercredi.mp3

Ces constats médicaux sont recoupés par des personnes se déclarant électrosensibles, comme le montre les deux témoignages, diffusés dans l’émission « les auditeurs ont la parole » sur RTL, le 15 février 2012 (écouter à partir de 07:45).


A l’antenne, Amélie puis Suzanne qui témoigne pour sa fille font état des maux suivants : pics dans la poitrine ou dans le corps, tachycardie, problèmes dans le bas du ventre, problèmes de règles, chutes de tensions, épilepsie, pertes de mémoire.  Pour les deux, IRM, scanner, encéphalogramme ou examens sanguins ne permettent d’apporter aucune réponse médicale aux maux dont elles font part.

Aujourd’hui le mal de ces personnes est reconnu mais il n’existe encore « aucun argument médical et scientifique pour déterminer un lien de causalité » avec les ondes. Le professeur Choudat explique que « les patients ont eux-mêmes établis un lien » et l’étude lancée vise justement à vérifier scientifiquement l’existence d’un tel lien.

Face à ce constat partagé et l’objectif modeste de l’étude, la réaction outrancière de « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique » exprimée par Next-up Bioinitiative est surprenante mais elle est loin d’être une première dans ces débats sur les ondes.


Des activistes contre les ondes hyper actifs et outranciers

Next-up Bioinitiative et d’autres organismes, avec lesquels il existe des liens de personnes ou du moins d’intérêts (comme Robin des Toits, Priartem ou la Criirem), ont pris l’habitude depuis quelques années de faire feu de tout bois en la matière, via des discours et des images qui ne s’embarrassent pas de nuance.

Pour eux, sont en cause wi-fi, antennes-relais, téléphones portables, ordinateurs ou câbles électriques dans les appartements. Toute source d’ondes serait de nature à créer des risques sanitaires effrayants sur les systèmes hormonaux de l’ensemble de la population, causant cancers, tumeurs, leucémies etc.


La « référence » suprême des anti-ondes : un rapport contesté

Le point commun entre tous ces acteurs ? La même source de référence à leur argumentaire « scientifique » : le rapport Bioinitiative, datant de 2007, et dont le sérieux est mis en doute par des institutions telles que le programme européen de recherche et de développement technologique, le Danish National Board of Health, l’Office Fédéral Allemand de Radioprotection, le Conseil de Santé des Pays-Pays ou l’agence de l’environnement US.

De plus, Jean-Paul Krivine de l’Association Française pour l’Information scientifique soupçonne Cindy Sage, éditricie de ce rapport. d’un conflit d’intérêt. En effet, cette dernière est également la propriétaire d’un entreprise de conseil commercialisant des solutions pour « caractériser ou atténuer les impacts champs électromagnétiques ».


Le marché florissant de l’électro-protection

Cindy Sage est loin d’être la seule à prospérer économiquement sur ce mal, non prouvé, des ondes. Il suffit de saisir « protection électromagnétique » sur un moteur de recherche en ligne, pour se voir proposer des produits aussi divers que : film à coller sur les vitres, peintures de blindage, détecteurs, casquettes blindées, cotte de maille façon burqa, ou patch à coller au dos du téléphone.

Ainsi, pour vendre ces produits, dont le sérieux est souvent mis en doute (voir : Le journal de la Santé, France 5), ces commerçants n’hésitent pas, au même titre que les associations, à jouer sans nuance sur les peurs, comme le montre l’exemple du film publicitaire ci-dessous.


De plus, la plupart de ces vendeurs « d’électro-protections » prennent aussi comme unique caution scientifique le rapport Bioinitiative contesté. C’est le cas, par exemple, de la boutique en ligne de Claude Bossard, l’expert qui a rencontré et conseillé Amélie, la première auditrice à avoir témoigné sur RTL.


Une autre vision du problème : « Le Manifeste électrosensible »

Au-delà des polémiques scientifiques et campagnes commerciales outrancières, Samuel Moulin, avec une série de photo et son « Manifeste électrosensible » apporte vision décalée artistique et philosophique de la question.

D’après lui, « l’électrosensibilité est une sorte de virus métaphysique (comme n’importe quelle autre forme du prêt à penser) qui s’attrape dans le réseau et reprogramme les individus comme les virus traditionnels reprogramment les ordinateurs ».

Et donc, la propagation de ce virus serait accélérée par la vitesse de la circulation de l’information sur internet. Samuel Moulin explique ainsi que « si ce n’est pas une imprégnation en ondes, ce sera une imprégnation en information ».

Il ajoute que l’objectif serait idéologique : « éclairer l’ensemble de l’humanité sur les risques auxquelles elle s’expose en utilisant les nouvelles technologies, et forcer le gouvernement à reconnaître la vérité » (comme le fait Next-Up en dénonçant une « vaste manipulation gouvernementale pseudo-scientifique »).

Pour ce qui est des protections anti-ondes, comme la combinaison qu’il caricature dans sa série de photographies, elles ont « autant pour fonction de repousser les ondes que d’accrocher les regards » (une telle remarque peut être également appliquée à la publicité sur le patch). Avec de telles solutions, « nous ne voyons pas les ondes rebondir, mais seulement les regards se fixer, attirés, et les interrogations levés ».

Photo de Samuel Moulin, 2009

Ainsi pour Samuel Moulin, l’électrosensible serait d’abord victime de l’information propagée par ses pairs, plutôt que d’une maladie reconnue et prouvée par le corps médical, et il explicite son approche en ces termes :

Comment l’électrosensible « aurait-il pu cerner ce mal vague, dont le syndrome contient une infinie variété de symptômes communs à nombre de maladies, s’il n’en avait pas été informé au préalable par le témoignage d’autres électrosensibles, diffusés justement sur le réseau (surtout que dans ce cas, c’est toujours le malade qui établit le diagnostic, contre le médecin, c’est-à-dire l’ignorant contre le savant) ? ».


En définitive, il semble que l’électrosensibilité soit, en l’état des connaissances scientifiques, davantage une peur irrationnelle faisant l’objet de manipulations des esprits et des consciences qu’une maladie à laquelle la médecine serait en mesure d’apporter des traitements.

À propos de enjeuxelectriques

Actualités et débats sur les enjeux de l'électricité

Discussion

6 réflexions sur “De quoi les électrosensibles sont-ils les victimes ?

  1. Ce que je viens de lire me révolte devant la bêtise et l’incompréhension des détracteurs de la véracité de l’hyper-électrosensibilité!!!
    Je ne suis ni cinglée ni malade psychiquement et je n’ai aucun organe interne en mauvais état. Je ne porte jamais mon cellulaire sur moi et je me sers normalement de mon micro-ondes!! Je ne fume pas, je ne bois pas d’alcool et je ne suis ni obèse ni anorexique.
    Mais je suis harcelée pratiquement chaque nuit par une équipe de voyous(jalousie de village) qui m’arrosent littéralement de véritables flèches électriques qui m’ont déjà valu 23 poches de sang frais et 10 de fer. Bien entendu, « on » ne me croit pas, et je pense que c’est un snobisme imbécile de la part de médecins(????) frileux qui n’ont finalement aucune connaissance du corps humain!!!
    Je vous assure que je dors parfaitement quand je ne suis pas bombardée et que je n’ai plus de tachycardie quand j’ai passé une bonne nuit, ce qui arrive rarement. J’espère toujours que ces criminels se fatigueront de me voir résister: je m’aide avec de la mélatonine et je prends régulièrement du magnésium, du cuivre, du fer, de la vitamine C, de la gelée royale, sous forme de suppléments alimentaires. Le seul problème réel c’est la grande fatigue qui résulte de la réception des rayonnements, surtout quand on vous vise à la tête!!
    S’il vous plaît, idiots de détracteurs, réveillez-vous et trouvez des remèdes qui soulageront les gens comme moi! Au lieu de clamer votre ignorance!!! Avez-vous prêté la serment d’Hippocrate ou le serment d’hypocrite??? Je crois plutôt que c’est le serment d’incapacité; alors ayez le courage, soit de vous ouvrir à la réalité, soit de quitter cette profession. Vos cellules cérébrales vous en empêchent-elles????
    Meilleure salutations (et colère!!)

    Publié par Mattei Pauline | 26 février 2012, 6:26
    • – “je suis harcelée pratiquement chaque nuit par une équipe de voyous(jalousie de village) qui m’arrosent littéralement de véritables flèches électriques ”

      Mais de quoi s’agit-il précisément ?

      Publié par enjeuxelectriques | 27 février 2012, 5:08
    • Surtout, ne passez jamais d’examens IRM, parce que vous seriez soumise à des impulsions de 5 KW à 63 MHz….
      Heureusement que tout le monde n’est pas comme vous, sinon, on ne compterait plus les morts ayant subi cet examen !

      Publié par palomar | 15 mai 2014, 5:57
  2. Riez toujours mais riez longtemps !!!!…. nous ne naissons pas électrosensibles, nous le devenons ! comme vous, j’étais sceptique mais je suis EHS suite à un accident avec mon téléphone portable, depuis ma vie, mon corps ne sont plus les mêmes… Riez de la douleurs des autres tant que vous le pouvez… Moi, je ne ris plus depuis quelques années… !!!!

    Publié par Magguy | 1 mars 2012, 2:25
  3. Il faudrait peut être arrêter les conneries, les micro-ondes ont toujours été nocives, les militaire le savent depuis 1944. Vos médecins sont totalement incompétents sur les effets des champs électromagnétiques, la meilleure des preuves, c’est que ces gens là vont jusqu’à ignorer les consignes de sécurité que nous avons même depuis au moins 1970 dans des manuels constructeurs marines ou aéronautiques, et les circulaires internationales de la FAA. La question se pose donc de savoir pourquoi ces médecins qui violent ces règles de sécurité ne sont pas radiés. Ces médecins reconnaissent les allergies à l’huile d’arachide et aux piqures d’abailles, mais pas refusent de le reconnaître pour les micro-ondes, vous avouerez que cette attitude est plus que surprenante. On retrouve toujours les mêmes noms de médecins dans divers commissions, y compris comités scientifique ou même Conseil d’Administraion des industriels. Quand ils participent à des CA, s’ils ne touchent pas de salaires, en revanche ils touchent des jetons de présence. Les normes en vigueur sont inapplicables, et n’ont jamais été faites pour des explosions de plusieurs heures ou jours surtout pour les techniciens, certains en savent quelques chose, puisqu’ils sont désormais handicapés à vie, et ne travaillent plus aujourd’hui, quand ils ne sont pas décédés depuis de cancers ou leucémie. Pour ceux qui ne sont pas contents, je précise que je dispose de rapports d’accidents détaillés.
    Marc Filterman

    Publié par Marc Filterman | 13 juillet 2012, 9:52
  4. Bonjour à tous,

    Je viens signaler aux réceptifs une information qui me semble capitale concernant l’électrosensibilité. S’il est déjà difficile de se faire entendre de son entourage et de professionnels lorsque l’on est atteint de cette maladie véritable, qui est un enfer au quotidien au vu de notre nouvel environnement technologique, vous allez voir qu’il y existe encore pire, c’est-à-dire ne pas être pris au sérieux par les électrosensibles eux-mêmes. Mais aujourd’hui je détiens une vérité qu’il me faut répandre, car je pense sincèrement que c’est de cette manière que l’on pourrait parvenir à un monde meilleur. Mais peut-être me trompè-je. En tout cas mon but n’est pas de faire peur ou rendre parano, mais il y a de quoi l’être.

    Pour moi il est clair que parmi les électrosensibles, sans pour autant que je m’avance à donner un pourcentage qui m’est de toute façon impossible à estimer, se cachent ce que j’appellerais des « électrosenciblés ». S’il est d’actualité que les ondes électromagnétiques pourraient être un danger sur le long terme pour notre santé, l’autre versant, plus insidieux et dévastateur, reste toujours dans l’ombre, en tout cas en France. Les premières nous causeraient des dommages de manière passive et sur le long terme, les secondes de manière beaucoup plus active et sur le court terme.

    Si se battre contre un ennemi qui est toujours le même, connu, fixe, permets de faire des tests, des ajustements et de trouver des solutions pérennes, cela devient une tout autre paire de manches lorsque celui-ci peut s’adapter à vos protections, déplacements et remèdes. Celui qui en est à l’origine est big brother, autrement dit le pouvoir. Dit comme cela, tout le monde pense que ce genre de traitement est réservé à une certaine élite, à des personnels de hautes fonctions, aux grandes responsabilités, comme pour des agents secrets par exemple et personne ne se sent alors concerné. Et bien c’est très loin de se limiter à ce type de personnes.

    C’est ainsi qu’est née la communauté des Targeted Individuals (TI), car les premiers concernés ont été les pays anglophones (technologies états-uniennes oblige…), ou Individus Cibles.

    TOUT LE MONDE peut devenir la cible de ces nouveaux modes de tortures technologiques à distance pour des raisons aussi sérieuses que futiles. J’en veux pour preuve les Etats-Unis où des pancartes peuvent être croisées sur le bord des routes pour prévenir de l’electronic harassment, des pétitions sont créées et des manifestions sont organisées pour que ces agissements soient reconnus, combattus et punis. Evidemment, aucune trace de tout cela dans les médias de masse.

    Mais le plus souvent ce genre de désagrément à la pointe de la technologie survient lorsqu’en toute conscience ou non, nous dérangeons les plans de nos dirigeants discrets. C’est ainsi que le harcèlement pourra s’arrêter lorsque la cause s’éteindra (habitation convoitée, fonction dérangeante, opinion subversive trop diffusée etc.). L’objectif étant bien-sûr de se débarrasser des indésirables en faisant croire à une fausse électrosensibilité, ou à d’autres affections de la santé (la nouvelle fibromyalgie par exemple), afin de passer inaperçu.

    Si je parle de cela, c’est évidemment en toute connaissance de cause puisque je suis une sacrée victime et ce depuis plusieurs années. Je ne veux décourager personne mais aucune solution n’a encore été trouvée pour me protéger contre ce nouveau type de torture/harcèlement électronique. En effet, si les esclaves pouvaient éviter les coups de fouets cela se saurait… Je consigne mes mésaventures à ce sujet, au cœur d’une histoire aussi longue que complexe, dans mon blog, mon site et en débats sur de nombreux forums et réseaux sociaux. Je signale juste mon existence et la présence de mes travaux sur la toile, n’obligeant personne à y accéder.

    Donc, si vous errez depuis des mois voire des années pour des soucis de santé qui semblent sortis de nulle part, qui souvent vous privent de sommeil, sans rapport avec vos activités ou votre environnement, ne correspondant à aucune maladie connue et ressemblant à de l’électrosensibilité, envisagez cette possibilité afin de découvrir la cause et de vous en détacher ou de rejoindre la communauté française des Individus Cibles.

    Voici la page de mon site consacrée au harcèlement en réseau et électronique :

    http://bruleparlesillumines.e-monsite.com/pages/harcelement-urbain-et-electronique/

    Et celle de mon blog :

    http://bruleparlesillumines.skyrock.com/

    Plus on est nombreux à dénoncer ces agissements abjects dignes des camps de concentrations tant décriés de la dernière guerre mondiale, plus vite une législation pourra être mise en place pour la reconnaissance des préjudices subis, pour limiter, protéger et soutenir les victimes et pour que justice soit faite.

    Merci.

    Publié par Brulé Parlesilluminés | 15 juillet 2013, 6:56

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :