Uncategorized

Une atomisation du service public de l’électricité en France, au service d’intérêts étrangers?

La polémique va bon train dans le domaine de la distribution de l’électricité

Pour faire entendre ses vues sur « les services publics locaux de l’électricité » , la FNCCR a, de nouveau, mis en avant les temps de coupure subis par les français, qui seraient en constante augmentation. Mais, ce dernier point semble discuté en fonction de l’intégration ou non, des évènements climatiques exceptionnels qui se sont multipliés durant les dernières années et des progrès réalisés ces derniers mois par ERDF.

Quoi qu’il en soit, les élus FNCCR ne se satisfont pas de la situation. Ils « ne se résignent pas à laisser le service public de l’électricité en friche » et propose de « maintenir un service public de fourniture ». Pour cela, ils sont prêts à aller jusqu’à « exercer le service public de distribution avec une entreprise publique locale (régie ou société d’économie mixte) ».

Entreprises Locales d’Energie

L’application d’une telle proposition ne serait pas une chose inédite puisqu’elle existe déjà sur 5 % du territoire, où la distribution et la fourniture de l’électricité ne sont pas assurées par EDF et ERDF. Dans ces villes et départements, ce sont les Entreprises Locales d’Energie (ELE) qui s’en chargent, depuis 1946. Jusqu’il y a quelques années, ces ELE se contentaient de gérer le système électrique de leur territoire, en bon père de famille. Mais, avec la libéralisation de la fourniture d’énergie, elles disposent de nouveaux moyens juridiques pour accroître leur puissance. Et le nouveau livre blanc de la FNCCR démontre, une nouvelle fois, cette volonté.

Mais les autorités concédantes ont-elles les moyens de leurs ambitions, sans appuis étrangers ?

On peut en douter, en regardant l’exemple de ce qui se passe dans le département de la Vienne (86). Là, Sorégies, ELE locale, ne cache pas ses objectifs de « conquérir la France » (La Nouvelle République, 6 décembre 2010). Pour y parvenir, l’entreprise fait feu de tout bois. Ainsi, elle a conclut des partenariats de production avec l’espagnol Endesa, puis l’allemand E.ON. Et, la société de la Vienne de préciser qu’il s’agit du «  point de départ d’un partenariat plus large devant permettre, dans les années à venir, de développer toutes les synergies envisageables entre un grand acteur du monde de l’énergie et une Entreprise Régionale d’Energie ». E.ON ne compte pas non plus en rester là, puisque, la société allemande courtise des collectivités locales et annonçait vouloir atteindre le marché des particuliers « sans doute avec des partenaires », comme Alterna ou Sorégies ou « en développant des marques locales ».

Ainsi, parer de bonnes intentions du maintien de la qualité de l’électricité, les élus de la FNCCR risquent, à terme, d’affaiblir notre modèle de service public national en l’atomisant et en le mettant entre les mains d’intérêts espagnol, allemand ou italien…

À propos de enjeuxelectriques

Actualités et débats sur les enjeux de l'électricité

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :